AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kennedy S. Hellberry
    Je suis la Reine de ce Bordel qui vous est cher.

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 21/06/2009
Localisation : Quelque part sans toi.

MessageSujet: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Mar 23 Juin - 11:16


    Kennedy S. Hellberry & Mike Stevenson dans ;
    « Good Morning Tree Hill. »


    Il était encore tôt lorsque je m'éveillais dans des draps de satin. Trop beau pour être les miens. Je clignais fort des yeux alors que je me rendais compte que ma tête allait exploser. Une fois encore, j'avais sans doute abusé de la vodka et finit la nuit dans les bras d'un inconnu. Mon premier réflexe fut donc d'ouvrir vite les yeux et de me tourner lentement sur le côté pour découvrir qu'il n'y avait personne. Rien d'autre qu'un bout de papier que je ne prendrais même pas le temps de lire. Je me remise sur le dos, les bras écartés, profitant de l'espace que m'offrait le lit gigantesque. J'essayais de me rappeler ce qui se passait et alors, dans une intense réflexion, je me rappelais du début de la soirée. D'une sortie avec quelques amis, des verres de vodka qui s'entassaient sur le bar, d'un homme un peu trop saoul lui aussi. Enfin, le scénario habituel. Je me redressai doucement, laissant le draps tomber sur mes hanches nues. Avais-je seulement exigé d'être payé ? Je regardais vivement autour de moi, pas trop non plus pour ne pas perdre ma tête. Apparemment, non. Je me permis un petit soupir avant de quitter les draps que j'avais affectionné cette nuit. Il faudrait sans doute que je m'en achète une paire pareil, un de ces jours. J'aurais pu prendre mes affaires et partir vite fait, le plus simplement du monde. Rentrer chez moi pour me doucher et tout mais non. Je me dirigeai vers une porte en espérant que ce soit celle de la salle de bain. J'avais une chance sur deux, de tout façon, le mot signifiait sans doute qu'il n'y avait personne dans les parages.

    J'arrivais donc devant la porte et la franchis sans aucune gêne, comme si j'étais chez moi. Je gagnai doucement la douche afin de profiter des bienfaits de celle-ci. L'eau chaude glissa sur mon corps et je me sentis frissonner à ce contact trop chaud, tout de suite. Je profitais de ne pas être chez moi pour rester assez longtemps sous l'eau, après tout, ce n'était pas moi qui allait payer la facture. Lorsque j'eus fini de m'affairer sous l'eau, je pus sortir de la cabine pour m'enrouler dans une serviette qui se trouvait là. Je me retrouvai à nouveau dans la chambre de façon à me rhabiller. Lorsque je fus enfin prête, j'empruntais l'autre porte de façon à me retrouver dans un vaste salon, apparemment, je me trouvais dans une de ces suites trop luxueuses pour mon maigre salaire. Je quittai la chambre sans oublier de prendre mon sac au passage. Mes escarpins à la main, j'avançais dans le couloir. Une fois dans l'ascenseur, je remettais mes chaussures à mes pieds. Le trajet jusqu'au hall fut court, je me précipitais dehors pour profiter de l'air frais. Il ne devait pas être plus tard que dix heures. J'avais besoin d'un bon café et sans doute d'une aspirine. Je pris une grande inspiration une fois dehors et quelqu'un me rentra dedans. Décidément, ça ne s'annonçait pas comme la plus belle journée de toute ma vie. Il ne manquait plus que je tombe sur ce fou de Thomas et sa pitié à la con. Je soupirais encore, pensant que j'aurais du appeler Satin pour passer un peu de temps avec elle.

    Je commençai à marcher, des lunettes noires sur le nez, de façon à cacher mes yeux encore un peu endormi. Ma tête me faisait mal mais ça commençait à passer. J'avais connu bien pire comme gueule de bois. L'une de mes mains plongea dans mon sac pour en sortir un paquet de cigarette. J'en glissai une entre mes lèvres avant de l'allumer et de profiter des effets de cette dernière. Bien sûr, elle n'avait aucun bienfait sur ma santé mais je m'en fichais, c'était une addiction maintenant. Je traversai plusieurs rues de Tree Hill sans vraiment y faire attention. Mon but était simple le Red Cofee. Un café simple, où ils faisaient les meilleurs chocolat chaud et café de la ville. Je n'étais pas très loin, à pieds, j'en aurais pour cinq minutes... Non, dix plus tôt, prenons en compte le fait que je portais des escarpins. Le trajet fut lui aussi court également puisque je marchais le moins vite possible, comme si j'étais encore entrain de dormir. En fait, c'était surtout parce que je n'étais pas pressé. Mon regard se posa sur une jeune femme, pas plus âgée que moi et franchement jolie. Elle semblait heureuse et son bonheur aurait pu me paraitre anodin si je n'avais pas remarqué le petit bout de chou qui courrait vers elle en criant " maman ". Je cessai ma marche, choqué à l'intérieur -mon visage n'exprimait en rien la surprise. Je voyais tous les jours des mères de mon âge ou presque mais celle-ci avait quelque chose de différent, quelque chose qui m'avait interpellé. Son sourire sans doute, le rouge sur ses joues du à sa course après le petit monstre qu'elle avait. Je ne sais pas très bien mais je décidai de secouer doucement la tête avant de reprendre ma route en levant les yeux aux ciel.

    J'arrivai enfin à destination. Poussant la porte de la boutique, j'ôtai mes lunettes et balayai la salle d'un regard. Je pris à peine une seconde à repérer Mike. Je me permis un sourire et je me dirigeai vers la table où il était assis. J'avais rencontré Mike il y a quelques temps. C'est vrai qu'un homme comme lui avait toutes les raisons de rencontrer une femme dans mon genre. Il était beau, riche et franchement intelligent. L'homme parfait pour beaucoup d'entre nous. Nous avions plusieurs fois partagés les mêmes draps et j'aimais sa compagnie. Il était amusant lorsqu'il le souhaitait. Cependant, ça n'allait pas plus loin. Je couchais avec lui, il me payait parfois et puis ça s'arrêtait là. Oui, parfois parce qu'il arrivait que j'ai vraiment envie de lui, comme j'aurais envie de n'importe qui. Je me permis un sourire une fois arrivée à sa table, je me permis également de m'asseoir en face de lui sans même m'excuser. Je fis doucement passer une main dans mes cheveux avant de me tourner vers un serveur pour lui faire un signe et de me retourner vers le jeune homme séduisant qui se tenait devant moi.

      - Bonjour. T'es bien matinal ce matin. Tu me payes un café ? Lâchai-je le plus naturellement du monde.


_________________
      J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil
      Te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer
      J'aurais aimer t'écrire le plus beau des poèmes
      Et construire un empire juste pour ton sourire
      Devenir le soleil pour sécher tes sanglots
      ©️ Saez • J'veux qu'on baise sur ma tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://just-tree-hill.forumactif.org
Mike Stevenson
I am the Prince of love & the King of Tree Hill
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 22/06/2009
Age : 24
Localisation : vous voulez savoir?

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Mar 23 Juin - 17:55

    Il y avait des jours comme ça où Mike avait le sommeil léger. Trop léger peut-être. Il s'était réveillé quand la femme de ménage qu'il employait pour sa villa avait refermé une porte un peu trop vite. En temps normal, ce n'aurait pas du déranger son sommeil plus que cela, mais ce jour là, même avec la meilleure volonté du monde, il n'avait pas pu se rendormir. Mike avait alors jeté un oeil à son réveil, qui affichait quatre heures du matin. Le soleil ne s'était même pas encore levé.

    N'ayant qu'à perdre du temps avant dix heures du matin, l'heure habituelle à laquelle il se rendait à son entreprise, il avait commencé à écrire. Écrire...
    C'était une chose qu'il adorait. Sentir sa plume entre ses doigts, la sentir glisser sur le papier pour tracer autre chose qu'une signature ou des directives. Quelques mots tracés dans un calepin soigneusement relié, des paragraphes entiers pleins de sens. Ce n'était ni un journal, ni un roman, juste des petites histoires, des remarques, des phrases jetées sur le papier en attendant de trouver un emplacement plus juste. Pris par son travail ou par ses soirées, il ne trouvait que rarement le temps d'écrire, mais c'était pour lui un grand moment de quiétude, un de ces moments que l'on ne laisserait pour rien au monde, un de ces moments où il ne fallait surtout pas le déranger. Et il continuait à écrire, à remplir les pages de lignes tracées à l'encre noire...

    On lui avait souvent dit qu'il avait une écriture de businessman. Certes il en était un, mais il n'avait jamais pu penser que le poste qu'il occupait pouvait avoir une incidence sur sa calligraphie. Il écrivait vite, il avait perdu l'habitude des belles lettres cursives pour se résoudre au minimum vital. Il pouvait se relire, et les autres comprenaient. C'était le plus important.

    Et sa plume dorée d'or fin continuait à courir sur le papier... Cette fois, Mike traçait le portrait d'une femme, une jeune femme. Plus il y pensait, et plus il trouvait que cette description ressemblait à quelqu'un qu'il connaissait. Des courbes félines, un visage fin et des yeux profonds, de longs cheveux ondoyants... Kennedy. Oui, il appréciait énormément cette fille. Elle lui plaisait énormément, plus que toute autre fille dans Tree Hill, et il n'arrivait pas trop à savoir pourquoi. Kenn et lui se faisaient plaisir de temps en temps, se retrouvant chez l'un ou chez l'autre après le "travail" de la jeune femme. Mike n'aimait pas du tout l'idée que Kenn puisse se prostituer, ne supportait pas que l'on lui en parle, mais savait l'oublier quand ils se retrouvaient tous les deux seuls dans le même lit, ou quand ils se rencontraient dans la ville. Certes il lui avait déjà fait comprendre son ressenti face à cette situation, comme quoi bien des hommes de Tree Hill n'étaient pas assez bien pour elle, mais elle n'avait rien voulu y entendre. Mike avait laissé couler plus d'une fois, mais toujours avec un pincement de jalousie au fond du ventre. Il aurait tellement voulu pouvoir la retenir près de lui.

    Il écrivit un dernier mot, plaça un dernier point. Cela faisait plus d'une heure qu'il écrivait. Il n'avait pas vu le temps passer. Il referma son stylo, le glissa dans son écrin, plaça son calepin dans un tiroir et le ferma à clef.
    Il quitta sa chambre, donna quelques instructions à sa femme de ménage qui hocha la tête: il la payait plus que nécessaire, alors elle n'allait pas faire la fine bouche.

    Il décida d'aller se promener à travers Tree Hill. A cette heure-ci, il n'y avait que peu de passants dans les rues, et Mike se sentait bien. Dans l'air encore frais, il sentait les dernières bribes de sommeil qui le tenaient disparaître pour de bon. Passant dans les rues, il se retrouva devant le Red Coffee. Mike était un habitué de ce bar. Ils y servaient un café simplement délicieux.

    Le jeune homme poussa la porte du bar, commanda un expresso, s'installa à une table. le serveur ne le fit pas attendre. Moins d'une minute plus tard, il avait la tasse fumante devant lui. Touillant nonchalamment la boisson avec sa cuillère, il porta son regard aux alentours, attendant qu'il refroidisse un peu.

    C'est alors qu'une jeune femme entra dans le bar. Mike l'aurait reconnue entre mille. C'était Kennedy. Mike lui sourit et elle vint s'asseoir à sa table, puis lui sourit.
    - Bonjour. T'es bien matinal ce matin. Tu me payes un café ?
    Kennedy ne changerait donc jamais? C'était devenu une habitude. A chaque fois qu'ils se rencontraient dans un bar, Mike lui payait un café ou une autre boisson.
    - Bien sûr. dit-il avec un sourire.Un expresso, s'il vous-plaît. dit-il en s'adressant au serveur.
    Ce dernier s'éclipsa, allant préparer le café.
    - Je n'avais rien à faire ce matin, je me suis dit qu'aller prendre un café pouvait faire passer le temps.

    Mike laissa un silence, laissant son regard couler le long du visage de Kennedy. Même juste réveillée, elle était sublime.
    - Et toi, qu'est-ce qui t'amène? Tu n'as pas non plus l'habitude de venir tôt ici...
    Mike l'avait vue tellement de fois lui demander de rester encore un moment allongée sur leur lit que la voir de si bon matin le surprenait aussi un peu. Mais Kennedy était une fille tellement surprenante, elle ne manquait jamais une occasion de contrer ses "principes".

    De nouveau, il lui sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kennedy S. Hellberry
    Je suis la Reine de ce Bordel qui vous est cher.

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 21/06/2009
Localisation : Quelque part sans toi.

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Mar 23 Juin - 21:18

      - Bien sûr. Un expresso, s'il vous-plaît. Je n'avais rien à faire ce matin, je me suis dit qu'aller prendre un café pouvait faire passer le temps.


    Je regardais le serveur s'éloigner avant de me retourner vers Mike en lui souriant. C'est vrai qu'on passait assez de temps ensemble. Et j'avais pris cette fâcheuse habitude de me faire payer mon café. Je fis la moue l'espace de quelques secondes à peine, j'allais finir par passer pour une fille qui fallait entretenir, hors, c'était faux je savais très bien me débrouiller seule. Je savais que Mike n'appréciait pas vraiment mon travail, je savais aussi qu'au fond il était un peu jaloux mais ça me plaisait. C'était un peu ce qui me pousser à toujours retourner vers lui. J'aurais très bien pu m'arrêter à coucher avec lui un soir et m'en aller sans jamais le revoir mais non, j'en avais besoin. Oui, c'était ça, j'avais besoin de lui, de son corps et tout ce qui va avec. Le temps ne semblait pas avoir avancé, ses lèvres venaient à peine de retrouver leurs calmes et je sentais son regard glisser doucement le long de mon visage pour mon plus grand bonheur. J'aimais qu'on me regarde, être le centre d'attention. Je n'étais pas vraiment du genre timide ou quoi donc ça ne me dérangeait pas plus que ça. Il reprit la parole, je ne pus m'empêcher un petit rire discret, c'est vrai que j'aimais dormir le matin habituellement mais bon, il faut des exceptions à tout, n'est-ce pas ? Et bien c'était le cas pour ça et ça le serait sans doute pour de nombreuse chose encore ensuite. J'étais assez imprévisible comme fille, sûrement ce qui faisait mon charme. (modeste en plus de ça.)

      - Et toi, qu'est-ce qui t'amène? Tu n'as pas non plus l'habitude de venir tôt ici...
      - Ah ! Si tu savais... Commençai-je. J'ai passé une nuit atroce. Impossible de me rappeler en détails de ce que j'ai fais. Du coup, grosse gueule de bois et réveil chez un inconnu. J'ai pas eu le choix, j'ai préféré me tirer.


    Je fis la moue. Pas parce que j'étais peu fière d'avoir passer la nuit avec un homme dont je n'arrivais même pas à me souvenir mais plutôt parce que évoquer ma gueule de bois raviva la douleur dans ma tête. Je ne me dérangeais jamais pour raconter à Mike ce que je faisais. Il savait très bien que de tout façon que j'étais du genre volage et que ça n'avait aucune importance pour moi. C'était vraiment différent d'avec lui. Le serveur finit par apporter l'expresso et je ne pus m'empêcher de poser mes mains autour de la tasse pour profiter de la chaleur de celle-ci, comme si ça allait pouvoir m'aider. J'avais des idées parfois, je vous jure. Je pris doucement la tasse afin de la monter jusqu'à mes lèvres où je pus enfin gouter à cet expresso qui allait sans doute me faire du bien. Mon premier réflexe fut de reposer immédiatement la tasse et de mettre une main devant ma bouche, et oui, c'était chaud. Je me ressaisis pourtant, riant de moi même. Je me redressais, décidant d'attendre que le liquide refroidisse un peu. Je plongeai mon regard dans celui de Mike, qui était magnifique soit dit en passant. Il fallait que j'engage la discussion mais j'ignorais comment. J'aurais pu commencer par l'embêter un peu en lui parlant de Thomas mais je n'avais pas envie de réveiller sa jalousie. Je pouvais toujours me renseigner sur ce qu'il avait fait la veille... Oui, ça me paraissait une bonne idée. Histoire de savoir avec qui il partage ses draps lorsque ce n'est pas avec moi.

      - Alors dis moi.. Qu'est-ce que t'as fait hier soir ? Comment s'appelle celle qui a prit ma place cette nuit ?


    J'affichais une mine faussement triste, je n'étais pas la meilleure des actrices qui soit, ça c'était sûr. J'avais bien le droit de rire un peu non ? Je sortis une nouvelle cigarette de mon paquet, me fichant de savoir si j'avais ou non le droit de fumer ici. Je l'allumais avant d'en proposer une à mon cher ami. Suite à ça, je rangeais le paquet avant d'allumer ladite cigarette. Ma main gauche, celle qui ne tenait pas la cigarette en fait, partit à la recherche de celle du garçon. J'avais beau ne pas vouloir me caser ou autres, j'avais moi aussi besoin de sentir l'autre de temps en temps. Et c'est ce contact là que je cherchais. Le souvenir de sa peau contre la mienne, comme pour chasser cette nuit où il avait pu se passer de multiples choses. Lorsque ma main se referma autour de celle du garçon, je me permis de lui sourire de mon plus beau sourire. Oui, décidément, nos peaux étaient faites pour rester l'une collée à l'autre. Bon ok, c'était sans doute exagérait mais j'aimais beaucoup. Juste comme ça, par pur égoïsme en fait. Seulement, le contact ne dura pas longtemps puisque je dus me servir de cette main pour arriver à enfin boire une gorgée du liquide qui était immobile à présent dans ma tasse. Une simple gorgée, c'est tout ce que je pris. Reposant tout de suite la tasse par la suite. Sans reprendre la main de Mike cependant. J'aurais pu, sans doute, mais je ne voulais pas qu'il pense que j'avais revu mes principes et qu'il y avait un quelconque espoir pour que je devienne quelqu'un d'autre. Je ne veux pas dire par là que Mike avait exprimé le souhait que je change entièrement, c'est juste que je savais que quelques points lui déplaisaient chez moi mais si je n'étais plus la même, peut être que l'attirance que nous éprouvions l'un pour l'autre serait différente voir inexistante.

      - Tu sais quoi ? Je vais t'inviter au resto' un de ces jours. Ça te dit ? Histoire de compenser les cafés.


    Et oui, il m'arrivait d'être généreuse parfois. Et puis, un resto le soir revenait à lui dire que j'allais passer la nuit chez lui ou que lui allait passez la nuit chez moi. Quoi que mon studio paraissait minable à côté de sa villa.

_________________
      J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil
      Te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer
      J'aurais aimer t'écrire le plus beau des poèmes
      Et construire un empire juste pour ton sourire
      Devenir le soleil pour sécher tes sanglots
      ©️ Saez • J'veux qu'on baise sur ma tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://just-tree-hill.forumactif.org
Mike Stevenson
I am the Prince of love & the King of Tree Hill
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 22/06/2009
Age : 24
Localisation : vous voulez savoir?

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Mer 24 Juin - 11:37

    - Ah ! Si tu savais... J'ai passé une nuit atroce. Impossible de me rappeler en détails de ce que j'ai fais. Du coup, grosse gueule de bois et réveil chez un inconnu.
    Mike sentit un mouvement dans ses entrailles, ses doigts se crispèrent sur sa tasse de café, mais il espérait que Kennedy ne le remarquerait pas. Il ne voulait pas aborder ce sujet-là.
    - J'ai pas eu le choix, j'ai préféré me tirer.

    Le jeune homme se sentit intérieurement soulagé : elle n'était pas restée plus de la nuit chez cet "inconnu", elle l'oublierait vite, surtout avec sa gueule de bois. Il espérait secrètement, au fond de lui-même, que Kenn ne trainait le matin au lit qu'avec lui. Mais venant d'une fille comme Kennedy, on pouvait s'attendre à tout.
    Finalement, le serveur revint avec l'expresso. Les doigts fins de la jeune femme s'enroulèrent autour de la tasse, comme si elle voulait les réchauffer. C'était vrai que la chaleur d'un café tout juste coulé était très agréable, surtout au réveil. Kennedy amena finalement la tasse à ces lèvres, but une gorgée, ou du moins essaya. Le café était chaud, très chaud... Elle posa ses doigts sur ses lèvres, reposant la tasse sur la table.
    De sa main droite, Mike touillait toujours son café, encore fumant, sans y faire trop attention, le regard toujours posé sur Kennedy. Pourquoi regarder ailleurs quand on avait une telle beauté sous les yeux?

    Quand un instant après le regard de Kenn vint se plonger dans ses yeux, il arrêta un instant de remuer son café. Elle avait des yeux tellement profonds... on pouvait facilement se perdre dans leur contemplation. Des iris sombres mais iridescents à la lumière du jour, ils en devenaient presque dorés selon l'éclairage. La nuit, ils reflétaient ses désirs et ses plaisirs. Mike faillit perdre la notion du lieu dans lequel ils se trouvaient.

    Kennedy réenclencha la conversation, ses lèvres s'ouvrant doucement pour laisser passer deux phrases:
    - Alors dis moi.. Qu'est-ce que t'as fait hier soir ? Comment s'appelle celle qui a prit ma place cette nuit ?
    Son visage prit un air triste, mais Mike savait qu'il était feint. Il lui adressa un petit sourire, signe qu'il ne se laisserait pas duper.
    - Ça va sans doute t'étonner, mais j'ai passé cette nuit seul. J'ai eu un gros contrat hier, et je préférais passer une nuit au calme pour bien reprendre ce matin. La journée va être chargée.
    Lui ayant souvent parlé de son entreprise, Kennedy savait que Mike tenait à son travail, et qu'il s'y impliquait énormément. Certes ce n'était pas dans ses habitudes de passer une nuit sans une présence féminine sous ses draps, mais il y avait des soirs comme ceux-là.

    Kennedy sortit son paquet de cigarettes de l'une de ses poches. Depuis qu'il connaissait Kennedy, il ne l'avait jamais vue une seule fois sans son paquet de cigarettes sur elle. Entre ses lèvres, la cigarette avait une toute autre dimension. Elle ne ressemblait plus à un choix, mais à quelque chose de naturel. Elle en proposa une à Mike, mais celui-ci refusa d'un "Non, merci."
    Mike avait quelquefois essayé de fumer, mais sans succès. Il n'y voyait aucun plaisir, juste un encombrement dans les bronches et un manque désagréable. Il pouvait en gouter une de temps à autres, mais il pouvait s'en passer, et le faisait dès que l'occasion s'en présentait.

    La main gauche de Kenn vint chercher la sienne. Leurs doigts se rencontrèrent. La peau de Kennedy était douce, ses ongles limés avec précision. C'était une chose qu'il aimait particulièrement chez elle : la douceur de sa peau, et l'attention qu'elle mettait à peaufiner sa manucure. Kenn lui sourit. Il lui sourit également. Il appréciait son contact, et savait qu'elle aussi appréciait le sien. Ça aurait été naturel qu'ils soient un peu plus que des amants de temps à autres, mais soit Kennedy s'y refusait, soit elle se sentait bien avec la vie qu'elle avait. Mike n'arrivait pas à comprendre cette seconde possibilité.
    - Il faudra que tu penses à réduire la cigarette un jour... elle va te gâcher la santé. Tu es tout aussi belle sans. Ce disant, Mike avait pris un ton doux, il lui donnait un conseil, lui faisait une remarque, mais ne voulait en rien qu'elle se sente obligée ou froissée. C'était le choix de Kenn, et il n'allait pas la forcer, après tout, peut-être en prendrait-elle conscience par elle-même un jour.

    La main de Kennedy quitta la sienne, et alla prendre sa tasse de café. Elle en but une gorgée. Il avait assez refroidi pour ne plus être brûlant. Mike fit de même, les arômes du café emplissant sa bouche. Il aimait ce goût ni trop fort ni trop amer, cette boisson noire comme la nuit qui le gardait éveillé comme le soleil pouvait le faire. Il reposa la tasse encore aux trois-quarts pleine devant lui.

    Quand elle eut fini se boire, elle posa également sa tasse, et dit :
    - Tu sais quoi ? Je vais t'inviter au resto' un de ces jours. Ça te dit ? Histoire de compenser les cafés.
    Mike laissa un rire s'échapper de ses lèvres.
    - Comme tu veux, Kenn. Mais je te revaudrai ça, promis!

    Kennedy et lui avaient déjà passé une poignée de soirées ainsi, dîner au restaurant, puis ils terminaient la nuit dans les bras l'un de l'autre. Il appréciait énormément ces moments là, où il pouvait avoir Kennedy pour lui seul... Un sourire en coin apparut sur son visage. Kennedy devinerait sans doute à quoi il pensait en cet instant.
    - Chez moi ou chez toi? murmura-t-il malicieusement en s'approchant de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kennedy S. Hellberry
    Je suis la Reine de ce Bordel qui vous est cher.

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 21/06/2009
Localisation : Quelque part sans toi.

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Mer 24 Juin - 17:53

      - Il faudra que tu penses à réduire la cigarette un jour... elle va te gâcher la santé. Tu es tout aussi belle sans.


    Lorsqu'il avait prononcé ces mots, je n'avais pu m'empêcher de lever les yeux au ciel. C'était comme demander à un enfant de ne pas manger de bonbons. Enfin, peut être qu'un jour je penserais à arrêter mais pour l'instant, ce n'était pas dans mes priorités. J'avais commencé très jeune la cigarette, à l'âge de quatorze ans si ma mémoire est bonne. C'était pour faire comme tout le monde puis je suis tombé dans l'addiction la plus totale. On ne peut malheureusement pas arrêté du jour au lendemain. J'avais d'ailleurs déjà essayé d'arrêter, plus d'une dizaine de fois mais rien n'y faisait, je retombais toujours là dedans. D'un côté, je ne pus m'empêcher d'apprécier sa remarque. Il se faisait du soucis pour ma santé et il était bien l'un des rares à s'en faire. Généralement, nous sommes traités comme des trainées à qui ont ne fait pas attention mais avec Mike c'était différent, j'avais presque l'impression d'être importante à ses yeux. Ça me plaisait fortement. Chose que je n'aurais jamais avoué à voix haute, fierté oblige. Vous ne voyez peut être pas le mal qu'il y a à avouer qu'on apprécie que quelqu'un s'en fasse pour nous mais ça aurait été comme lui dire qu'il me touchait et marquer une différence. Hors, je refusais d'être de ces femmes là. Enfin, je ne pouvais pas vraiment dans ma profession. Je l'écoutai rire à ma proposition et me répondre le plus simplement du monde qu'il me revaudrait ça. Dans ces cas-là, nous n'aurions jamais fini. L'un devant toujours quelque chose à l'autre. Je lui souris en remarquant le sourire qui se dessinait sur ses douces lèvres.

      - Chez moi ou chez toi?
      - Il me semble que j'ai parlé d'un resto' et de rien d'autre.


    Oui, le rôle de la sainte ni touche ne m'allait pas vraiment mais je me mis doucement à rire. Il savait tout aussi bien que moi que dans tous les cas, il nous était impossible de ne pas finir la nuit ensemble lorsque nous sortions le soir. C'était quelque chose de fort, une attirance physique comme il en existe peu et j'étais heureuse que ça soit tombé sur Mike. Il était loin d'être bête et j'étais sûre qu'avec lui, je n'aurais jamais à faire semblant d'être quelqu'un d'autre puisqu'il savait qui j'étais vraiment. Mon rire cessa et je fis mine de recouvrer mon sérieux avant de reprendre la parole avec une voix que je voulais douce.

      - Chez moi.


    Il était rare que j'invite des hommes chez moi habituellement. Du moins, lorsqu'il ne s'agissait pas de Mike. Il avait le droit à certains avantages que d'autres n'avaient pas et je n'étais même pas sûre qu'il en soit conscient. Il y avait beaucoup de choses que j'aimais partager seulement avec lui. Comme ces petits moments dans un endroit publique où nous aurions pu passer pour un couple. Rester un peu plus longtemps au lit avec lui et surtout partager mes propres draps avec lui. Sachez tout de même qu'il m'arrivait de dormir seule, oui, je n'étais guère un robot et j'avais moi aussi besoin de repos parfois. Alors ces soir-là, je me retrouvais loin de ce monde superficielle dans lequel nous vivions et je contentais d'une assiette de pattes devant la télévision. Drôle de perspective pour une fille comme moi et pourtant, ça m'arrivait. Je repensais alors à la jeune femme qui m'avait marquée dans la rue en arrivant. Celle au bébé. Je me voyais mal devenir mère, ne pas beaucoup dormir la nuit, tirer un trait sur la cigarette et l'alcool pendant neuf mois, avoir des envies plus folles les unes que les autres. C'était complètement fou et certains tueraient pour vivre ça. Personnellement, je n'avais encore rien trouvé de bon dans la grossesse. Oh, certains diront que les femmes enceintes sont vraiment jolie et que la grossesse leur vont comme un gant. Chose qui restait à vérifier. Je bus une nouvelle gorgée de mon expresso avant de le reposer sur la table et de reprendre la parole et écrasant ma cigarette fini maintenant.

      - Dis-moi Mike, t'as déjà pensé à devenir père ?


    Je pris mon air le plus sérieux, plutôt curieuse de voir sa réaction. Il penserait sûrement que je voulais un enfant ou alors que j'étais devenue complètement folle. Chacun son point de vue après tout. J'essayais de m'imaginer Mike en père. Entrain de courir après un mini lui qui serait tout mignon. C'était assez agréable mais quelque chose clochait. Il lui manquait la mère, surtout. Erf, je ne me faisais pas de soucis pour lui, beaucoup de filles auraient tué pour devenir Madame Stevenson. Profiter des avantages de ce titre plus que de Mike. Oh ! Non ! Je n'étais pas jalouse ! Pas du tout ! Ou juste un peu alors... Je me permis un bref sourire à cette pensée, si je devenais jalouse, j'avais touché le fond. Pas du mauvais côté cependant, ce n'était pas spécialement mal mais seulement bête venant de moi. Je n'avais aucune raison d'être jalouse alors que j'allais bien voir d'autres hommes.

      - Personnellement, la maternité, très peu pour moi.

_________________
      J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil
      Te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer
      J'aurais aimer t'écrire le plus beau des poèmes
      Et construire un empire juste pour ton sourire
      Devenir le soleil pour sécher tes sanglots
      ©️ Saez • J'veux qu'on baise sur ma tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://just-tree-hill.forumactif.org
Mike Stevenson
I am the Prince of love & the King of Tree Hill
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 22/06/2009
Age : 24
Localisation : vous voulez savoir?

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Mer 24 Juin - 18:47


    - Il me semble que j'ai parlé d'un resto' et de rien d'autre.
    Mike ne répondit rien, laissant l'air malicieux qu'il avait voulu mettre dans son regard le faire à la place. Kennedy aimait bien jouer à ces petits jeux là... Je t'attire, je te repousse, tu veux me toucher, je m'éloigne. Mais ils savaient autant l'un que l'autre... Il connaissait Kennedy un peu comme elle le connaissait lui, ils s'entendaient, aussi bien au lit qu'en dehors. Il connaissait la moindre parcelle de son corps, mais également bien plus que cela. Il savait ce qui la rendait triste, ce qui lui faisait peur. Oh oui, ils étaient bien plus que de simples amants, en y réfléchissant.

    Kennedy partit dans un éclat de rire, un rire magnifique. Mike adorait la voir sourire, mais préférait encore quand elle riait. Elle dégageait une telle joie de vivre dans ces moments là...
    - Chez moi.

    Mike sourit. Il aimait bien venir passer ces moments-là chez Kenn. Certes son appartement n'était pas aussi luxueux que la villa qu'il avait, mais c'était le "repaire" de la jeune femme. Même si ce n'étaient pas des draps de soie, il aimait les sentir contre leurs corps. Même si son studio n'était pas très grand, il lui permettait de se sentir comme dans un cocon, Kennedy lovée entre ses bras.
    Il approcha sa main du visage de Kennedy, lui caressa la joue un instant.
    - C'est d'accord... lui murmura-t-il.

    Le regard de Kennedy devint soudain pensif, et elle posa à Mike une question:
    - Dis-moi Mike, t'as déjà pensé à devenir père ?
    La surprise dut se lire sur le visage du jeune homme. On ne lui avait encore jamais posé cette question, et il pensait encore moins l'entendre de la bouche de Kennedy. Cela l'étonnait d'autant plus que Kennedy était une fille de plaisirs, qui ne pensait pas à cet avenir là. Il ne répondit pas immédiatement.
    - Personnellement, la maternité, très peu pour moi.
    Elle avait dit cette phrase, comme en réponse à un "Et toi?" de la part de Mike. Mais cette question, il ne l'avait pas prononcée. C'était plus une remarque, comme une idée que l'on formule en pensée. Il prit un instant à réfléchir, son regard quittant le visage de Kennedy pour se perdre dans le vague...

    Père...
    Une idée tellement éloignée de la vie qu'il avait en ces temps-ci. Il imaginait cet enfant, ce petit bout-de-chou... Les neuf mois de grossesse, une épreuve autant pour la mère que pour le père. Puis la naissance, où l'on pense que le plus difficile est passé. Puis les premiers mois, le bébé devant faire ses nuits, les réveils à toute heure du jour et de la nuit, la fatigue... Et l'heure des premières fois : le premier mot, les premiers pas, les premières bêtises également. Et l'apprentissage... Ce bébé devrait apprendre la vie. 21 ans se jouaient sur cette décision : avoir ou non un enfant.

    Mais c'était un choix tellement difficile à faire : d'un côté, on voit tous les petits bonheurs qui sont offerts aux parents, entendre le rire de leur petit, retomber quelques temps en enfance pour faire découvrir cette même enfance à son enfant, ou simplement le regarder dormir, un pouce dans sa bouche; de l'autre, on voit les obligations, les réveils nocturnes, les maladies infantiles, les rendez-vous chez le médecin, l'école, toute une organisation à refaire, surtout quand, comme Mike, on occupe une place importante.

    Non, il n'avait encore jamais pensé sérieusement à devenir père. L'idée ne lui déplaisait pas tant que cela finalement, ce n'était qu'une histoire d'organisation et de plaisir de donner... Mais parmi les femmes qu'il connaissait, il n'en voyait pas qui avaient le profil de futures mères. Parmi toutes ces prostituées, aucune ne supportait l'idée de devoir s'encombrer d'un enfant. Quant aux autres... Sa secrétaire, Charlie, était enceinte, et elle arrivait à la fois à gérer son travail et l'enfant à venir. Son regard se posa sur Kennedy. Inconsciemment, il se posa la question *et elle?*. Il avait du mal à se familiariser avec l'idée que Kenn puisse un jour devenir mère. Avec la vie qu'elle tenait, elle ne pouvait même pas y prétendre une seule seconde, ce qu'elle avait d'ailleurs dit indirectement.

    Une image s'imposa à l'esprit de Mike, mais il la chassa aussitôt. Non, il ne fallait même pas y penser. Kennedy ne voulait pas s'engager.

    - Non, je n'y ai pas encore sérieusement pensé... Après tout, on a tout le temps d'y réfléchir.
    Ce "on" le comprenait lui, mais également un peu toutes les personnes vivant à Tree Hill, tous ces jeunes qui avaient bien le temps de se préoccuper de s'engager un jour. Ce on comprenait également Kennedy. Certes elle ne se voyait pas encore mère, mais pourquoi pas un jour...

    - En parlant d'enfants... Je ne sais pas si tu connais Charlie Williams, ma secrétaire, elle est enceinte. Elle semble heureuse... C'est vrai qu'attendre un enfant doit être agréable, bien que difficile.
    Mike laissa son regard aller à travers la baie vitrée du café. Tree Hill, ce monde où plus rien d'autre que sexe, alcool et drogues n'avait d'importance.
    - Ici, peu ceux sont qui se préoccupent vraiment de leur avenir...

    Mike se tourna vers Kennedy, lui sourit. C'était un sourire teinté de tristesse.


Dernière édition par Mike Stevenson le Jeu 25 Juin - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kennedy S. Hellberry
    Je suis la Reine de ce Bordel qui vous est cher.

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 21/06/2009
Localisation : Quelque part sans toi.

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Jeu 25 Juin - 19:26

      - Non, je n'y ai pas encore sérieusement pensé... Après tout, on a tout le temps d'y réfléchir.
      - Ouais, on est encore jeunes.


    Quelque part, je m'en doutais. C'est vrai qu'on avait le temps d'y réfléchir, même si je pensais ne jamais avoir d'enfant, j'étais quasiment sûre qu'un jour ou l'autre, j'en voudrais un. Je voudrais devenir une de ces femmes qu'on regarde avec respect et qui font parti d'une famille unie. Je me voyais déjà, aux côtés d'un homme chaleureux et aimant avec un ou peut être deux enfants. Bizarrement, comme un courant électrique me parcourut, je n'étais psychologiquement pas prête à avoir un enfant, c'était sûr. Je ne sais pas, peut être que j'étais mal fabriquée, que j'avais l'instinct maternel en moins. Erf, tant pis pour moi. Ça ne faisait qu'une bouche de moins à nourrir, des heures de sommeil en plus, de la liberté gardée. Quelle dure supplice. Vous comprendrez que je faisais de l'ironie, j'étais bien heureuse ainsi (dans les limites du possible), je n'aurais échangé ma place pour rien au monde. Enfin si, pour une place de princesse pourquoi pas.

      - En parlant d'enfants... Je ne sais pas si tu connais Charlie Williams, ma secrétaire, elle est enceinte. Elle semble heureuse... C'est vrai qu'attendre un enfant doit être agréable, bien que difficile.


    Il avait repris doucement la parole. Il me parlait d'une autre femme mais la jalousie ne me gagna pas. Je n'avais jamais rencontré cette fameuse Charlie, ou alors, je ne la connaissais pas. J'avais parfois du mal avec les noms, ce n'était pas de ma faute. Je fis un geste négatif de la tête. Elle était donc enceinte et heureuse ? N'avait-elle jamais connu le bonheur avant ? Je n'arrivais pas à comprendre, peut être parce que je n'avais jamais été confronté à la situation mais il me semblait impossible de pouvoir allier maternité à gaieté. Je l'écoutais me dire qu'ici, peu de personne pensait à son avenir. Il avait raison, moi la première. J'ignorais où je serais demain, ce que je ferais dans cinq ans. Sans doute la même chose mais je n'avais aucun projet mais c'était ainsi. J'avais appris à vivre au jour le jour. C'était sans doute ce qu'il y avait de mieux à faire lorsqu'on ne veut pas être déçu. Cependant, ce qui m'interpella le plus, ce fut le sourire de mon ami. Je n'avais que rarement vu pareil sourire sur ses lèvres. J'arquai un sourcil, qu'avait-il donc ? Je me sentis un peu coupable puisque j'avais lancé la discussion. Je ne pus m'empêcher de me mordre discrètement la lèvre avant de prendre la parole.

      - Qu'est-ce que tu as ? Tu sembles... Triste ?


    Je ne voulais pas y croire. Il n'était pas triste, non, c'était impossible. Je me rapprochai doucement de lui. L'une de mes mains partit rencontrer sa joue et je lui fis un bref petit sourire. Je ne voulais pas le savoir mal. Je ne voulais pas savoir les gens qui comptaient pour moi mal, normal non ? Mon pouce caressa doucement la joue du garçon pendant que j'essayais de comprendre pourquoi son sourire m'avait tant choqué. Pas choqué dans le sens où c'était mal mais plutôt dans le sens où je n'avais que rarement vu cela. Dieu merci d'ailleurs. Je décidai ensuite qu'il était temps de penser à autre chose ! Quelque chose de plus gai, quelque chose qui pourrait lui faire plaisir. Ma main quitta sa joue et je fis mine de réfléchir. J'avais plusieurs idées mais il me fallait quelque chose qui lui plairait vraiment, quelque chose qui ne serait jamais arrivée... Alors, je trouvais ! Je n'avais jamais passé plus d'une nuit avec lui, j'avais donc dans l'idée de l'inviter un week-end entier s'il le souhaitait, chez moi. Du vendredi soir au lundi matin. Juste lui et moi. Ce n'était pas seulement pour lui en fait, c'était aussi un moyen de rattraper mon erreur d'avoir amener le mauvais sujet sur le tapis.

      - Tu sais quoi ? Oublie le diner et la nuit chez moi, ok ? J'ai beaucoup mieux à te proposer ! Un week-end entier, rien que toi et moi ? Pas de travail, pas de soucis, juste nous deux enfermés chez moi du vendredi soir au lundi matin. Ça te va ? Bon, ça sera peut être pas aussi luxueux que de passer le week-end chez toi mais tant pis... Alors t'en pense quoi ?


    J'aurais facilement pu passer pour une enfant. Je me rendais compte que j'en avais aussi envie. Je l'invitais en tout bien tout honneur bien sûr. Mais j'avais moi aussi besoin de sa présence par moment. Même si je ne l'aimais pas comme j'aurais voulu, je l'appréciais énormément et de savoir que j'allais passé plusieurs nuits dans les bras du même hommes me fit un effet assez bizarre. Ça ne m'était jamais arrivé. Pas plus de deux nuits avec le même homme, c'était la règle pour ne pas s'attacher et ressentir un semblant de compassion devant les yeux déchirés du mal lorsqu'il est temps de partir. Mais là, c'était différent. Enfin, une fois dans mon studio, personne ne saurait rien. Ma réputation ne serait pas changé, je resterais la fille aux hommes différents chaque soir. C'était juste une pause, l'espace d'un week-end. Pas de changement. Ensuite, je reprendrais mon quotidien et lui le sien.

_________________
      J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil
      Te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer
      J'aurais aimer t'écrire le plus beau des poèmes
      Et construire un empire juste pour ton sourire
      Devenir le soleil pour sécher tes sanglots
      ©️ Saez • J'veux qu'on baise sur ma tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://just-tree-hill.forumactif.org
Mike Stevenson
I am the Prince of love & the King of Tree Hill
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 22/06/2009
Age : 24
Localisation : vous voulez savoir?

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Ven 26 Juin - 10:37


    - Qu'est-ce que tu as ? Tu sembles... Triste ?
    Dans les pupilles de Kennedy, on pouvait voir de l'incompréhension, de la surprise. A sa connaissance, Mike n'avait jamais été triste en sa compagnie. De toute façon, il devait y avoir une première fois, qu'elle soit arrivée avant ou après. La remarque qu'il avait fait trahissait réellement ce qu'il ressentait: s'amuser tant que l'on est jeune, d'accord, mais jusqu'à en oublier que le temps passe et qu'il n'est plus possible de la rattraper, c'était une autre chose.

    L'avenir proche de Mike, c'était son entreprise. Elle était à la fois une partie de son passé, son présent et son futur, car elle lui avait permis une bonne place à Tree Hill et lui donnait chaque jour un contentement dont il ne se passerait pour rien au monde. Et Mike ne comprenait pas comment des hommes et des femmes à peine moins âgés que lui pouvaient oublier que le plaisir est certes une chose importante dans la vie, mais qu'il ne fait pas vivre.

    En faisant ce commentaire, il avait repensé à Londres, à ses parents. Longtemps ils avaient souhaité qu'il prenne un poste dans l'une des entreprises bien cotées et qui rapportaient beaucoup. Mais par goût de rupture avec ses parents, ou simplement parce qu'il avait envie de se démarquer de la vie tranquille que tant vivaient, parce qu'il avait envie de faire quelque chose qui vienne de lui et de personne d'autre. Parce qu'il avait pensé à son avenir. Il avait eu envie de se rendre compte de toutes les difficultés que posait de problème de la création d'un avenir, et d'en apprendre. Il avait eu envie de se tester, de voir s'il était capable de se dépasser dans un but qui lui était propre, et qu'il gardait au fond de son esprit et au fond de son coeur. Mike ne comprenait simplement pas comment ces jeunes ne pouvaient pas s'intéresser à cela.

    Il n'était pas en colère contre eux, mais simplement très déçu, triste oui.
    - C'est juste que je n'arrive pas à les comprendre... c'est tellement loin de l'idée que je me suis fait de mon avenir que... oui, d'une certaine façon, je suis triste.

    La main de Kennedy s'était posée sur la joue de Mike, elle la caressait doucement de son pouce. Il sourit devant le sourire de Kennedy. Sa tristesse s'envola en partie. Kennedy sembla réfléchir un instant. Sa main avait quitté le visage de Mike. Sans doute cherchait elle des paroles qui pourraient lui enlever cette tristesse.

    - Tu sais quoi ? Oublie le diner et la nuit chez moi, ok ? J'ai beaucoup mieux à te proposer ! Un week-end entier, rien que toi et moi ? Pas de travail, pas de soucis, juste nous deux enfermés chez moi du vendredi soir au lundi matin. Ça te va ? Bon, ça sera peut être pas aussi luxueux que de passer le week-end chez toi mais tant pis... Alors t'en pense quoi ?

    Kennedy avait un don pour retourner ce genre de situations. Ces paroles surprirent néanmoins Mike. Un week-end entier avec elle, seuls tous les deux... Kenn ne lui avait jamais encore fait une proposition de ce genre, et elle n'était pas du genre à avoir déjà fait cette proposition à d'autres, sa réputation obligeait. Néanmoins, elle était alléchante. Passer deux jours seul avec Kennedy, l'avoir à lui seul, la posséder deux nuits de suite. La tristesse de Mike s'envola. Il s'approcha de Kennedy, posa ses doigts sous le menton de la jeune femme.
    - Comment voudrais-tu que je rate une occasion pareille?
    Il approcha ses lèvres des siennes, les embrassa tendrement.
    - Ce week-end ci? lui demanda-t-il.

    Il ne savait pas si Kenn accepterait que leur week-end arrive aussi tôt, aussi il lui laisserait le choix. Il n'allait pas la forcer, de peur qu'elle revoie sa proposition.
    - Tu es merveilleuse, Kennedy...
    Des mots qui venaient droit du coeur. Il savait qu'ils la toucheraient.


_________________
    You make me feel I'm God.
    You believe I'm great.
    Darling...
    I'm not who you think I am.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kennedy S. Hellberry
    Je suis la Reine de ce Bordel qui vous est cher.

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 21/06/2009
Localisation : Quelque part sans toi.

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Sam 27 Juin - 10:15

      - Comment voudrais-tu que je rate une occasion pareille?


    J'étais sûre à quatre vingt dix pour cent qu'il apprécierait mon offre. J'esquissais un sourire alors qu'il s'approchait pour me donner un baiser. Je ne pus que me rappeler combien ses lèvres étaient douces et combien je les aimais. En un baiser, il aurait pu me faire revivre toutes les nuits que nous avions passé et Dieu sait que je n'aimais pas ça, c'était comme vouée à l'impuissance bien que ce fut ma propre folie qui me dictait cela. S'il n'avait pas séparé ses lèvres des miennes j'étais sûre d'oublier l'endroit où nous nous trouvions et tout ce qui nous entourait. Il reprit alors la parole et je l'écoutais parler. Ce week-end ci ? Si vite ? Je ne savais pas. D'un côté, j'en avais très envie mais de l'autre j'avais peur que ça soit trop précipité. Peu m'importait au final, je n'étais pas à ça prés. Je me contentais d'un geste affirmatif de la tête pour lui signifier que j'étais d'accord. Il était resté prés de moi, et mon regard glissa le long de son visage avant de s'arrêter sur ses lèvres. Je me mordis discrètement les miennes. Je n'aimais pas avoir à le dire mais je savais que je ne pourrais me passer de lui. Ce fut au tour de mes lèvres de partir à la rencontre des siennes. Mon baiser se voulu tout aussi tendre que le sien, malheureusement, il se fit plus fougueux qu'autre chose. Ce n'était pas de ma faute. Je reprenais ma place initiale, bien droite, après cet échange et je ne pus m'empêcher un sourire à l'entente de sa nouvelle phrase.

      - Tu es merveilleuse, Kennedy...


    Je le savais sincère et ses mots me touchaient mais je ne voulais pas les entendre. Ça paraissait tellement absurde dans le contexte actuel. Je n'avais rien de la fille merveilleuse, d'ailleurs, tout le monde le savait. J'étais loin d'être traitée comme lui le faisait mais je ne m'en plaignais pas. Les gens pensaient ce qu'ils voulaient, ça m'étais égal. Je n'étais pas entrain de dire que je ne pouvais pas être une fille dites merveilleuse, je l'avais été mais à présent, c'était hors de propos. Mes yeux quittèrent le visage du garçon. J'aurais pu me mettre en position de victime et vouloir qu'il me protège comme Thomas voulait sans cesse le faire. Mais ce n'était pas mon genre, j'avais choisis ma vie, je la vivais ainsi et le jour où j'en aurais marre, j'arrêterais. Cependant, je ne pouvais approuver pareils mots. J'étais sotte, et alors ? J'étais sans doute à côté de la plaque, nous ne devions pas avoir la même définition du mot merveilleux, je devenais parano.

      - J'aurais tout entendu, aujourd'hui.


    Je me permis un petit rire en attrapant la tasse qui était devant moi. Le liquide était froid à présent mais ça m'était égal. Je portais la tasse à mes lèvres de façon à la vider de son contenu. Ma tête me faisait toujours un peu mal mais j'avais l'habitude maintenant. Mon estomac se tordait à cause du liquide froid, à croire qu'il n'aimait pas ça. Tant pis. Mon regard avait eu le temps de faire le tour du café, enfin, ce que je pouvais en voir sans me retourner. Il y avait un peu de tout. Des vieillards entrain de boire leur café et lire leur journal. Des couples déjeunant après une douce nuit sans doute. Des gens seuls, solitaires mais qui n'avaient pas l'air vraiment triste. Ils devaient sans doute attendre quelqu'un ou alors, ils voulaient simplement se retrouver seul. Enfin, il y a avait Nous. Mike et moi. Qu'est-ce que nous étions ? Deux amis ? Deux amants ? Aux yeux des autres, un couple sans doute. Notre attitude le laissait entendre. Quoi qu'ici, on pouvait s'attendre à tout et tout le monde le savait. Je ne quittais pas des yeux Mike. Me demandant ce que j'aurais bien pu dire à cet instant. Je me remémorais alors ce qu'il m'avait dit. Il m'avait parlé d'un gros contrat...

      - Bon alors, raconte moi un peu ce contrat.. Quand je pense que tu vas devoir travailler toute la journée alors que moi... Je vais sans doute me poser chez moi ou faire les boutiques.


    Je le taquinais et la grimace que je lui adressais le prouver. C'est vrai que ses journées étaient sans doute plus mouvementées que les miennes. De plus, ce jour là, je n'avais rien à faire donc j'avais du temps pour moi. Un petit tour par-ci par-là pendant qu'il serait entrain de travailler. Ah ! J'avais beaucoup de chance en fait, ou alors, c'était lui qui en avait. Chacun son point de vue. Je lui souris, encore une fois. Décidément, je ne savais pas m'arrêter.

_________________
      J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil
      Te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer
      J'aurais aimer t'écrire le plus beau des poèmes
      Et construire un empire juste pour ton sourire
      Devenir le soleil pour sécher tes sanglots
      ©️ Saez • J'veux qu'on baise sur ma tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://just-tree-hill.forumactif.org
Mike Stevenson
I am the Prince of love & the King of Tree Hill
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 22/06/2009
Age : 24
Localisation : vous voulez savoir?

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Sam 27 Juin - 20:55


    - J'aurais tout entendu aujourd'hui.

    Kennedy n'approuvait pas ce commentaire. Certes la jeune femme menait le genre de vie pour laquelle il ne l'aurait pas qualifiée de "merveilleuse", mais il savait qu'au fond d'elle, Kennedy était une fille attachée et attachante. Il n'y avait qu'à regarder la manière dont elle se comportait avec Mike : ils étaient bien ensemble, et Kennedy ne le refusait pas, ce qu'elle faisait habituellement avec les autres hommes qu'elle "fréquentait". Et c'était pour cela, ainsi que pour toutes les petites choses qui la rendaient belle, que Mike la trouvait merveilleuse. Pour ces baisers qu'elle lui donnait, ces baisers fougueux, pour ces sourires et ses rires dont Mike ne se serait passé pour rien au monde.

    - Et ce n'est encore que le début de la journée...

    Cette remarque était faite pour détendre un peu l'ambiance, mais l'effet en fut assez mitigé. Kennedy reprit sa tasse de café, la termina. Elle eut une grimace, il était froid. Mike jeta un regard au sien. Il devait également avoir refroidi depuis le temps. Il l'avala d'un trait, faisant abstraction de l'impression peu ragoûtante quand la boisson passa dans sa gorge.

    Le regard de Kennedy parcourut la salle, s'arrêtant sur les personnes qui l'occupaient. Puis son regard revint sur Mike. En cette matinée, le café était occupé par des personnes en tout genre, mais pas encore bondé comme il l'était à midi.

    - Bon alors, raconte moi un peu ce contrat.. Quand je pense que tu vas devoir travailler toute la journée alors que moi... Je vais sans doute me poser chez moi ou faire les boutiques.

    Devant l'espèce de grimace taquine que Kenn lui adressa, Mike ne put s'empêcher d'avoir un sourire. Ils avaient tous les deux des vies tellement différentes! Alors que la jeune femme pouvait régler ses journées comme elle le souhaitait, Mike devait faire tourner toute une entreprise. C'était un travail difficile oui, parfois même épuisant, mais il contentait Mike. D'ailleurs, le jeune homme ne voyait plus comment il pourrait s'en passer si jamais elle tombait. De toute façon, il ne pensait même pas à l'éventualité qu'il puisse arrêter son entreprise un jour.

    - Toute une histoire ce contrat. J'ai essayé de repousser l'échéance de la commande une semaine après, mais ils n'ont pas accepté. Ça va être d'autant plus difficile que c'est vraiment un travail énorme. Nous n'avons qu'un mois pour le terminer, avec un cahier des charges épais comme un dictionnaire. Je sens qu'il va longtemps m'occuper ce projet.

    De nouveau, Kennedy lui sourit. Bien qu'elle ne vive pas la même chose que lui, elle savait le comprendre et être attentive à ce qui l'occupait, et qui, il fallait bien le dire, le rendait heureux. De même, même si il ne comprenait pas son envie d'être payée pour ses charmes, il savait ne pas en faire tout un plat et garder un certain recul, et même si c'était très difficile pour lui. Mais c'était le prix à payer pour l'avoir ainsi à ses côtés de temps à autres, car si Kennedy n'avait pas choisi de se prostituer, Mike ne l'aurait peut-être pas rencontrée, et s'il s'était refusé à elle plus d'une fois à cause de cela, ils ne seraient pas aussi proches qu'ils l'étaient en cet instant. Mike avait si trouver le juste milieu... mais il y était en équilibre instable. Ce week-end à deux serait la possibilité d'arriver à une plateforme. Oublier un peu et prendre du bon temps, passer un moment de bonheur juste avec elle, entre ses draps.

    - On nous a demandé de faire la publicité de toute une marque de sport. Ils ont tellement bien cadré leur truc que ça va être dur de mettre la patte de Stev'Corp dedans... mais on finira bien par trouver un point qu'il auront oublié!

    Il adressa un nouveau regard à Kennedy, réfléchit un instant. Vu qu'elle irait sans doute faire les boutiques cet après-midi là, Mike pouvait se permettre de lui proposer une petite chose:

    - Je te verrais bien dans une toute nouvelle robe rouge, non?

_________________
    You make me feel I'm God.
    You believe I'm great.
    Darling...
    I'm not who you think I am.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kennedy S. Hellberry
    Je suis la Reine de ce Bordel qui vous est cher.

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 21/06/2009
Localisation : Quelque part sans toi.

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Mar 30 Juin - 21:16

      - Toute une histoire ce contrat. J'ai essayé de repousser l'échéance de la commande une semaine après, mais ils n'ont pas accepté. Ça va être d'autant plus difficile que c'est vraiment un travail énorme. Nous n'avons qu'un mois pour le terminer, avec un cahier des charges épais comme un dictionnaire. Je sens qu'il va longtemps m'occuper ce projet.


    Combien de temps pouvais-je passer à l'écouter ainsi ? Des heures sans doute. Sans que je le veuille vraiment, ce qui le rendait heureux me rendait heureuse, ce qui lui plaisait me plaisait. C'était ainsi, je n'y pouvais rien et ce, même si je refuserais de l'admettre. J'avais compris avec le temps que c'était vraiment important pour lui, que son entreprise, c'était toute sa vie et quelque fois, je l'enviais. J'aurais aimé moi aussi avoir quelque chose à laquelle me raccrocher. Bien sûr, j'avais ce qui me faisait, la prostitution mais ce n'était pas aussi fiable que l'entreprise de Mike. Je ne cessais pas de lui sourire, ne pouvant faire autrement. Je n'étais déjà pas du genre à me lamenter mais lorsque j'étais en sa compagnie, je ne pouvais pas faire autrement. Il reprit la parole et je l'écoutais toujours avec autant d'attention. Comme une enfant face à son professeur qui serait entrain de lui expliquer sa leçon. C'est vrai que ça devait être compliqué à gérer tout cela et dans ces moments là, je ne l'enviais plus. Il mentionna ensuite mon shopping de la journée en me suggérant une robe rouge. Pourquoi pas ?

      - Oui, pourquoi pas. Robe que je garderais spécialement pour toi ce week end ? Histoire que tu puisses en profiter en premier ?


    Je lui tirais la langue, comme une vrai gamine. Même si je venais d'insinuer que dans tout les cas il ne serait pas le seul à la froisser, ça ne me dérangeait pas. Il le savait déjà sans doute de tout façon. Il avait accepté ce que j'étais et j'en avais ait autant, bien que ce fut plus simple pour moi. Ainsi, nous avions le droit d'être un peu plus que de simples amants parfois mais toujours moins qu'un couple. Il n'était pas rare qu'on nous confonde avec un couple d'ailleurs et ça m'amusait plus qu'autre chose en fait puisque beaucoup de personnes fréquentant les mêmes endroits que moi savaient bien que ce n'était pas mon style. Pourtant, je lui accordais parfois certaines choses. Il m'arrivait de lui prendre la main dans la rue, en public et sans aucune gêne ou même comme nous l'avions fait, de l'embrasser devant du monde et je me fichais de m'affichais plus tard avec un autre homme.

      - Je verrais bien si je trouve de tout façon. Sinon, il faut que je rachète de quoi manger à part si tu veux mourir de faim.


    Oui, vivre d'amour et d'eau fraiche ne me correspondait pas. Déjà parce que pour l'amour on repassera mais aussi parce que j'adorais manger. Ça se voyait pas spécialement et pourtant.. Enfin bref, j'irais sans doute faire des courses plus que du shopping mais peu importait. Mon regard glissa à nouveau sur le monde qui nous entourait, plus rapidement cependant, sans prendre vraiment le temps d'examiner les personnes. Mon regard s'arrêta sur la porte d'entrée. Quelqu'un entra, une personne que j'avais déjà vu mais à laquelle je ne saurais donner de nom. Une passante sans doute, je souris avant de me remettre à regarder Mike. La chaleur commençait à se faire plus présente, comme la journée commençait à avancer. C'est vrai que nous n'étions pas vraiment en hiver et que le soleil pouvait se montrer très embêtant parfois.

      - Je vais finir par croire que le soleil veut notre mort.



_________________
      J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil
      Te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer
      J'aurais aimer t'écrire le plus beau des poèmes
      Et construire un empire juste pour ton sourire
      Devenir le soleil pour sécher tes sanglots
      ©️ Saez • J'veux qu'on baise sur ma tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://just-tree-hill.forumactif.org
Mike Stevenson
I am the Prince of love & the King of Tree Hill
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 22/06/2009
Age : 24
Localisation : vous voulez savoir?

MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   Jeu 2 Juil - 14:21


    - Oui, pourquoi pas. Robe que je garderais spécialement pour toi ce week end ? Histoire que tu puisses en profiter en premier ?

    Mike eut un léger sourire. Même si ce qu'elle venait de dire insinuait, encore une fois, que bien d'autres "passeraient" après lui, ça partait d'une bonne attention. Il savait que Kennedy trouvait toujours des vêtements qui lui allaient à ravir, il était donc certain qu'elle trouverait une robe qui lui siérait à merveille. D'une certaine façon, peu lui importait que d'autres touchent cette robe. Ces "autres"-là n'auraient pas la possibilité d'avoir la jeune femme pour un week-end. De cette façon, il se plaçait au-dessus d'eux, même si il rêvait de prendre leur place un peu plus souvent.

    Kennedy lui tira la langue, déclenchant un nouveau sourire de la part de Mike. Cela l'amusait de la voir jouer ces petits jeux enfantins, mais même si c'était d'une certaine façon un peu puéril, cela permettait à Mike d'oublier un peu toutes les responsabilités qu'il avait dans sa vie, envers son entreprise, et celles que donnaient la routine. Avec Kennedy, il était un peu ailleurs, loin de tout ce qui rend une vie difficile.

    - Je verrais bien si je trouve de tout façon. Sinon, il faut que je rachète de quoi manger à part si tu veux mourir de faim.

    Avoir dans le frigo de quoi nourrir deux personnes au lieu d'une. Mike n'était pas pointilleux au niveau de la nourriture. Quoi que puisse acheter Kenn, ça lui conviendrait.

    - Si je meurs de faim avec toi, ça n'a pas d'importance. plaisanta-t-il. Si ça t'arrange, je peux ramener quelque chose, ça ne me dérange pas.

    Dans le café, on commençait à sentir la chaleur de l'extérieur s'amplifier au fil des minutes qui passaient. Le soleil montait petit à petit dans le ciel, tombant sur le vitrage du café. Le gérant n'avait pas encore enclenché la climatisation, il faisait encore assez frais. Mike jeta un regard vers l'horloge qui trônait sur l'un des murs. Elle indiquait neuf heures dix passées. Il restait encore un peu de temps à Mike avant qu'il ne doive partir pour son entreprise. Il ferait tout pour faire durer ce moment un peu plus longtemps.

    - Je vais finir par croire que le soleil veut notre mort.

    Mike acquiesça d'un signe de tête. L'été s'annonçait très chaud, et on pouvait être surs que les températures atteindraient des records. La meilleurs chose à faire par ce temps-là, c'était se trouver un coin à l'ombre, ou une salle climatisée. Toutes les boutiques de Tree Hill étaient climatisées par ce temps-là. Le shopping de Kennedy se passerait bien.

    - Les magasins sont climatisés, il fera une peu moins chaud.

    Mike jeta un coup d'oeil à travers la baie vitrée, en direction des voitures garées dans la rue. Au-dessus de leur carrosserie, on pouvait voir l'air se troubler, on aurait presque pu sentir la chaleur émaner des capots. Ce n'était pas le temps idéal pour avoir des activités fatigantes, loin de là, mais chacun avait ses obligations. La soirée serait sans doute une peu plus fraiche. Au fond de lui, Mike espérait que ce week-end serait un peu moins chaud. Même enfermés dans l'appartement de Kennedy, la chaleur serait difficile à supporter, et Mike souhaitait profiter au maximum de ces journées avec elle.

    - J'espère qu'il fera un peu moins chaud ce week-end... histoire que ce soient nous qui réchauffions les draps.

    Il adressa un regard espiègle à Kennedy. Puis, de nouveau, son regard alla vaguer dans la rue.

    - Un peu de soleil, c'est tellement bon, mais cette chaleur va vite devenir insupportable...

    Un serveur passait entre les tables, Mike le héla. Il voulait lui demander une verre d'eau fraiche. Il interrogea Kennedy avant d'inviter le jeune homme à leur servir de l'eau.

_________________
    You make me feel I'm God.
    You believe I'm great.
    Darling...
    I'm not who you think I am.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|   

Revenir en haut Aller en bas
 
Good Morning Tree Hill. | Avec Mike|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Good Morning England - Demande de partenariat
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)
» Good Morning, Good morning we talked the whole night through
» Good morning, sunshine. [Hiro Shima]
» ∆ Tree Hill - Caroline du Nord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: •• Chapitre Deux : La débauche comme ici. :: ▬ Tree Hill's Center  :: Red Cofee-
Sauter vers: